Avr 13 2014

Un coiffeur au grand coeur

 

NG097_changements

Mes jambes sont flageolantes. Chaque fois que je dois prendre le métro, j’appréhende les marches des escaliers à monter et je demande à trouver une place assise. Ces derniers mois, j’ai réduit les trajets au strict minimum (entendre, consultations de médecins, thérapeutes …). Cela fait des mois que je veux aller chez mon coiffeur qui m’accompagne d’une manière magnifique sur le chemin de la guérison. Chaque coupe est une oeuvre sensible qui épouse parfaitement les besoins du moment et qui évolue d’une façon véritablement vivante au fil du temps. Lionel est plus qu’un artiste et un thérapeute, c’est une âme sensible au grand coeur. Depuis mon retour du Brésil, mes cheveux rebiquent dans mon cou et donnent des signes de fatigue. Ma coupe n’est plus en adéquation avec ce que je suis à ce jour et comment je vibre. Pas étonnant, il y a un avant et un après « casa ». J’ai laissé au Brésil beaucoup de choses qui ne me sont plus utiles, les cheveux demandent, telles les feuilles en automne, à s’alléger pareillement.
Lionel fait partie de ces êtres qui m’entourent de leur attention avec beaucoup d’amour et de délicatesse depuis l’annonce de la maladie. Si mes jambes ne me portent plus jusque son cabinet, en revanche, le contact est maintenu par les mails et les gestes d’amitié. J’ai à peine le temps d’exprimer mon envie d’une coupe que Lionel devance l’appel, lève tous les obstacles en me proposant de venir me couper les cheveux à la maison et en m’assurant que c’est pour son plus grand plaisir, me mettant ainsi, aussi à l’aise qu’il est possible.
Grâce à son grand coeur et à son immense talent, je découvre ma nouvelle tête avec étonnement et ravissement. D’automne, voilà que je passe à l’énergie du printemps. Mes cheveux, mon visage, ma silhouette si fluette, aiment cette nouvelle sensation, ce re-nouveau qui semble annoncer joyeusement une proche guérison.
Je reconnais là aussi la complicité de l’Univers, l’énergie d’abondance qui se manifeste chaque fois que l’on s’autorise à vivre le meilleur et à rentrer en relation authentique avec un être.

Merci à toi Lionel

Laisser un commentaire