« Que ton aliment soit ton médicament » – Hippocrate

 

Après des mois à cumuler toutes sortes de compléments alimentaires pour tenter de sauver ma peau et des centaines d’euros engloutis dans l’achat de ces produits, je comprends aujourd’hui à quel point Hyppocrate avait raison. Se préoccuper de ce que l’on met dans sa bouche est une nécessité pour guérir. Les aliments et les liquides que l’on ingère participent massivement au problème et donc, à la solution qui en découle. J’en fais l’expérience tous les jours, oscillant entre les aliments qui me réussissent et ceux qui me tirent par le bas, observant mes hauts et mes bas… tant au niveau physique que sur le plan psychologique.
J’ai assisté à un véritable retournement dans mon corps à partir du moment où je me suis mise à manger une alimentation vivante majoritairement crue à base de fruits et légumes (à 80%). Depuis, il est fréquent que j’oublie de prendre mes compléments alimentaires, probablement parce que je n’en ressens pas le besoin, et ce, même si je ne suis plus sous traitement chimique (trois séances en tout et pour tout).
Carottes, bananes, épinards, persil et j’en passe, sont devenus une source de gratitude. Bien meilleurs, et de loin, aux compléments alimentaires et médicaments aromatisés en tout genre, ils me nourrissent et me prennent soin de ma santé.
Pour les sceptiques, regardez un peu tous les témoignages qui circulent de nos jours sur le net et qui ne peuvent plus ne pas être pris au sérieux tant ils sont nombreux, précis en détails vécus et cohérents. Toutes les guérisons inexpliquées par la médecine conventionnelle sont bien souvent le résultat d’un changement alimentaire.
Pour ceux qui n’ont pas fait le pas de s’y intéresser, préférant peut-être les approches alternatives dites « énergétiques » ou encore « spirituelles », où l’attention est plus portée sur ce qui se passe « au dessus de la ceinture » plutôt qu’en dessous, si vous sentez que vous vous « encroûtez » dans la maladie, pourquoi ne pas tenter de mettre en application cette maxime:

«Pour vivre, il faut manger et pour bien vivre, il faut bien manger»

Laisser un commentaire