Avr 20 2014

Les vieilles habitudes qui reviennent au grand galop …

Aujourd’hui, dimanche, veille du lundi de Pâques, je m’apprête à passer la journée en famille. C’est la première fois depuis mon retour du Brésil. J’ai beau prétendre me sentir plus détendue dans mes relations avec mes parents depuis le Brésil, voilà que je me surprends à sur-réagir aux « petites phrases » de ma mère que j’ai au téléphone en matinée avant de la voir. Le ton monte, ça tire dans le ventre et dans la gorge. De l’énergie qui pourrait mieux me servir s’en va dans le conflit. Quand je réalise tout ce gâchis, même s’il a été enrayé rapidement, il est déjà trop tard, la mayonnaise prend si vite. Combien sommes-nous à nous prendre la tête pour des broutilles (dans le cas présent, une histoire de tupperware!) alors que tout peut s’arrêter demain et que nous avons tellement mieux à faire? Dans ce monde qui cherche désespérément de nouvelles formes d’énergie, si nous pouvions mesurer l’énergie humaine que nous dépensons en vain ou contre nous et les autres, et la convertir en énergie utile pour améliorer le bien-être de chacun, notre monde ne ressemblerait-il pas au paradis?
Oui facile à dire, le passage à l’acte est plus difficile…
{Quelques heures plus tard…} Il y avait tout le reste de la journée pour pouvoir convertir cette énergie de colère en énergie de paix, je ne peux pas vraiment dire que j’ai réussi cette conversion. Tous ces foies en présence au zénith du printemps qui ont mal et nous poussent à sur-réagir, il y avait toujours quelque part un foyer allumé qui ranimait les braises en alerte chez l’autre, et des esprits pris dans la tourmente qui n’arrivaient pas à prendre de la distance. Au moins, je ne peux pas m’illusionner, j’ai encore du travail pour dépasser mes vieilles habitudes qui reviennent au grand galop …

 

Laisser un commentaire