Oct 21 2015

La pierre du coeur d’Uruguay

J’ai découvert cet automne la pierre du cœur d’Uruguay que j’ai vu à deux reprises. C’est une agate en forme de cœur (quand ses deux parties sont réunies) qui fait près de 8 kilos et que des milliers de gens ont déjà vu. J’imaginais une pierre imposante, mais quand on la tient entre ses mains, c’est comme un grand cœur qui bat, mais comme un tout petit être fragile qui se laisserait toucher et qui se donnerait en silence, avec ses incrustations mystérieuses de cristaux de quartz qui parlent à chacun dans sa propre langue et selon sa propre sensibilité.
En faisant la vaisselle ce soir, j’ai compris, ou du moins, j’ai mis des mots sur ce qui faisait qu’elle me touchait de plus en plus à chaque visite. J’ai vu tant de gens lui confier leurs espoirs, leurs prières, leurs secrets, et elle de recevoir, inlassablement, en silence, toutes ces attentes, tous ces messages, telle Amma qui prend dans ses bras des millions d’âmes en demande ou curieuses d’expérimenter cette « étrange » fraternité de cœur.
La pierre du cœur donne sans compter, grâce à son « chauffeur » et humble complice, Michel, qui l’amène partout où elle est invitée. Elle donne sans compter, et parfois, des miracles surviennent: guérisons, prises de conscience, transformations, apaisements temporaires ou permanents, ou tout simplement, sentiment de fraternité le temps de la visite ou une bonne nuit de sommeil juste après…. Et parce qu’elle donne sans compter, elle reçoit aussi sans compter (ça, c’est ce que j’ai envie de croire et ce que je viens de comprendre en faisant la vaisselle!). Et c’est pourquoi chaque fois, ce cœur minéral semble avoir tant à donner et dégage quelque chose de vivant et d’intensité variable, comme un cœur véritablement organique et humain.

Aujourd’hui, j’ai retrouvé un sentiment de joie grâce à l’écriture de quelques articles sur ce blog. J’ai compris que, depuis des mois, j’étais déprimée et bloquée dans mon état de maladie parce que je croyais qu’en étant immobilisée chez moi, je n’étais plus en capacité de donner quoi que ce soit. Aller sur l’île d’Ikaria (l’un de mes rêves) est bien moins important que de trouver des occasions de donner. Et si je ne vois que mes petits articles à donner pour le moment, ça n’a aucune espèce d’importance, l’essentiel c’est de donner. Alors j’ai accompagné cette prise de conscience d’un acte concret pour permettre cette libre circulation du don: j’ai ouvert les accès de ce blog le plus possible (en fait, jusqu’à maintenant, il était ultra confidentiel) et j’ai « autorisé » les commentaires pour accepter l’éventualité d’un échange. Et puis j’ai décidé d’écrire plus régulièrement. Tout cela peut paraitre sans doute dérisoire, voire ridicule, mais pour moi, c’est une révolution, et j’ai envie de partager avec vous la joie de cette ouverture et de l’exprimer pour qu’elle s’imprime dans le courant de la vie. Ce matin en me levant, je n’aurais pas imaginé ce mouvement joyeux si soudain: à tous ceux et celles qui, comme moi, se sentent un peu « embourbés » par une situation qui semble limitante, j’ai envie d’exprimer qu’il y a pas que des portes qui se ferment mais aussi des portes qui s’ouvrent et qui ouvrent sur la joie!

Pour aller voir la pierre du cœur, elle voyage beaucoup. Vous trouverez l’agenda de sa tournée en France ici.

Véronique, François, Guillaume, Quang Mai, merci à vous d’avoir partagé avec moi ces moments de fraternité et de tendresse autour de la pierre du cœur…

 

 

(1 commentaire)

    • cozian on 22 juin 2016 at 04:18

    merci à toi pour cet article empreint d’une tendre sincérité;
    Bien à toi

Les commentaires sont désactivés.